Aller au contenu

Témoignage de R.

« J’ai 57 ans. J’ai été victime de harcèlement scolaire durant mes années de collège et de lycée, à cause de ma différence.

J’ai vécu pendant des années dans la solitude et la peur.

C’était une autre époque. On n’en parlait pas, et je n’en parlais donc pas.

Et je n’en parle toujours pas, en dehors de séances de thérapie que j’ai suivies pendant des années. Elles n’ont pas suffi à me sortir d’une dépression chronique.

Je tais à mes proches ce que j’ai subi, et je le tairai ici également, car j’en ai toujours honte.

J’ai pu malgré tout continuer à vivre presque normalement grâce à des traitements médicamenteux qui me sont prescrits depuis tellement longtemps, mais la douleur des souvenirs est tenace et le manque de confiance en soi persistant.

Je suis horrifié qu’encore aujourd’hui des enfants mettent fin à leur vie à cause de leurs bourreaux. Quand j’avais leur âge, j’ai pu continuer à avancer car je gardais l’espoir que cela s’arrête un jour. Il n’y avait pas de réseaux sociaux pour faire perdurer les tortures, et leur donner l’impression de perpétuité.

Je ne côtoie plus personne de cette époque, j’ai oublié beaucoup de choses, beaucoup de noms, mais pas celui de mes bourreaux. »

 

Merci de tout cœur à R. pour son témoignage.